La porte des chantiers

La porte. C’est le symbole, la trace mémorielle choisie pour représenter le passé glorieux de la Navale. Restaurée, elle ouvre sur le parc qui a remplacé les chantiers. Ce jardin a surtout drapé la friche, témoin de l’échec (tout au moins la lenteur) de la reconversion. Ces ruines en centre ville interdisaient le nouveau visage pour La Seyne auquel aspiraient les édiles.
Pas d’archivage patrimonial, pas d’inclusion dans la résine. Un hangar est conservé en attente d’un programme immobilier. Le pont basculant attribué à Eiffel. Et la porte. Vers le travail et ses corrolaires.

Here I am…

La Seyne-sur-Mer est une commune française située au bord de la Méditerranée dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ses habitants sont appelés les Seynois.

La commune qui comptait 62 640 habitants au dernier recensement de 2011 est la deuxième ville du département. Elle se situe au cœur de l’aire urbaine de Toulon estimée à 564 823 habitants, la 10e aire urbaine de France. Donnant sur l’ouest de la rade de Toulon et sur la Méditerranée, la commune est une station balnéaire avec son quartier des Sablettes, elle possède un port de plaisance et un port de pêche. Les maisons néo-provençales des Sablettes, construites après la guerre, sont de l’architecte Fernand Pouillon. La Seyne-sur-Mer a dû son développement principalement à la construction navale, la ville ayant abrité un des plus grands chantiers navals de France. (Wikipédia)
Panorama13X18-Modifier